En requérant le non lieu dans l’homicide Rémi Fraisse, …

En requérant le non lieu dans l’homicide Rémi Fraisse, le parquet de Toulouse, comme nous nous l’avons anticipé, vient une fois de plus de légitimer le monopole de la violence arbitraire de l’Etat libéral. Dans ce cadre rien ne justifiait en effet que soit mis en cause (demain, l’homicide sera classé sans suite ) « la proportionnalité de l’action de la gendarmerie dans un climat quasi insurrectionnel ». 

Sachant que la qualification « d’état insurrectionnel » ne relève que du Parquet qui dispose pour son interprétation de plus de dix lois sécuritaires, du flou des dispositions de l’Etat d’urgence, et prochainement d’un cadre encore plus contraignant, les intégrant dans le droit commun, on pourrait trembler.

Si mauvais esprit, on y ajoute les dispositions de Novembre 2016 assouplissant les conditions d’usage des armes, et alignant celles de l’ouverture du  feu des polices nationales (voire  locales) sur celles du  régime de la gendarmerie et des armées, et pour faire encore plus mauvaise figure, le rétablissement de la peine de mort sur les théâtres d’opération extérieure (cf : le meurtre de 30 djihadistes français par des supplétifs kurdes sur instruction des services spéciaux), il ne s’agit plus de trembler mais d’avoir carrément peur.

Mais plus encore, il s’agit d’avoir honte. Honte de notre récente indifférence, de nous être laisser entraîner vers un Etat d’exception sans précédant où tous les moyens de la violence physique concentrés dans les mains de l’exécutif devraient se déchaîner pour pallier les faiblesses d’une violence symbolique, dont l’efficacité au service d’un mode de production et de sa gouvernance repoussante, s’avérerait de moins en moins efficace.   La fin de la sociale-démocratie – quoi qu’en pensent ceux et celles qui le 1° juillet se rallieront à son dernier avatar – et la comédie parlementaire de ces mêmes pantins, en étant les derniers témoignages.

Cette analyse n’est pas celle d’un  basiste, exclu de mon GL pour macronisme (!), menacé d’exclusion par le BER du CPR d’Ile de France pour malveillance (nouveau concept des jocistes soumis au christisme macronien de la bienveillance, vous savez ce truc des jaunes qui vous demandent de tendre la joue gauche pour mieux vous faire massacrer sur la droite), mis en garde par le bureau du CF, mais des bourgeois de la Ligue des droits de l’Homme qui en Octobre 2015 concluaient :

« C’est l’un des maux les plus profonds dont souffre la société française que révèle le drame de Sivens. Lorsque l’on considére la multiplication inuiétante des drames survenus par suite de l’action des forces de l’ordre et l’impunité quasi systématique qui s’ensuit , on est amené à conclure que la mort de R Fraisse est révélatrice d’un dysfonctionnement majeur de notre démocratie.  R Fraisse n’est pas mort bêtement…il est mort pour la démocratie »*

Pour mémoire je rappelle qu’en Octobre 2014 alors que M Valls mettait tout en oeuvre sur le plan judiciaire pour que la gendarmerie ne puisse être mise en cause, qu’aucune des pièces du dossier ne puisse être transmise à la famille de R Fraisse, aucun député socialiste et  B Hamon pas plus que d’autres ne s’est dressé contre le mépris ouvertement affiché à l’égard des normes européennes et internationales en matière de procédure judiciaire. Il en a été de même , fin 2016, lorsque le Parlement étendit le « droit de tuer » à la police nationale. Toujours de même, tandis que aucun démenti du Ministère de la Défense ne venait  contredire les articles scandalisés de la presse anglo saxonne condamnant les exécutions sommaires, sous l’autorité de nos forces spéciales, des français combattant à Mosul.

Si j’étais vous, le 1° Juillet, je me sentirai mal assis aux côtés des complices de ce déni démocratique.

Claude Vilain

* lire le rapport ici

Publicités
Cet article, publié dans L'édito de la semaine, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s