La démission forcée du général Pierre de Villiers

Nous ne pleurons pas le départ de Pierre de Villiers mais nous ne nous réjouissons pas plus de son remplacement par François Lecointre, un militaire qui a apparemment trempé dans les méfaits de l’armée française au Rwanda durant le génocide des Tutsis. Les cris d’orfraie sur la défense du budget militaire de l’ensemble de la classe politique ne nous conviennent pas. La politique austéritaire du gouvernement Macron- Philippe s’attaque à tous les secteurs mais nous sommes plus sensibles aux coupes sombres chez les fonctionnaires les allocataires d e l’APL ou aux atteintes aux services publics gérés par les collectivités locales, qu’aux lamentations des hauts gradés ou des marchands d’armes. Car si l’Etat major se plaint de coupes qui n’en sont pas puisque le Président Macron leur garantit que le budget des Armées sera porté à 2% à 2018, c’est que l‘Armée participe depuis une dizaine d’année à des opérations extérieures au dessus de ses moyens, qu’elle continue malgré la fin de la guerre froide, a gérer une dissuasion nucléaire hors de propos et surtout qu’elle a de plus en plus  en mal à définir les objectifs de la politique de défense de la France. Ce qu’on discerne surtout c’est une politique qui se traduit pour nous écologistes sociaux par des orientations inacceptables :

  1. La défense acharnée de la Françafrique, fondé sur les 3 « E »: Etat Major, Entreprises, Elysée. Dés le début de son mandat, Emmanuel Macron a reçu à Paris ou au sommet du G5 sur le Sahel le 2 Juillet plusieurs chefs d’états corrompus et il a tenu à être adoubé par le Roi Mohamed VI en pleine révolte des rifains. Dans la grande tradition inaugurée par jacques Foccard, il a nommé son camarade de promotion de l’ENA ; Frank Paris comme responsable de la cellule Afrique de l’Elysée.
  2. La guerre au Moyen Orient et au Sahel qui depuis l’opération libyenne de Sarkozy a été une des constantes de la politique extérieure française et qui engage la France dans une politique de guerre de civilisation qui ne dit pas son nom.
  3. Les ventes d’armes qui font de la France la quatrième nation exportatrice d’armes. Cette politique s’accompagne d’une aide à la formation, en coopération militaire avec des pays comme l’Egypte ou l’Arabie Saoudite qui alimentent les guerres civiles à l’échelon régional.
  4. la dissuasion nucléaire qui va de pair avec une politique d’exportation du nucléaire civil. Le nucléaire militaire ne peut être découplé du nucléaire civil. L’un et l’autre se renforcent et participent à la dissémination du nucléaire sur la planète.
  5. La militarisation en France même où l’Armée est de plus en plus présente, avec 10 000 hommes de troupe patrouillant dans les quartiers jusque dans l’école ou au nom de la guerre antiterroriste, on accoutume les enfants et leurs parents à l’ordre militaire.

 

Fidèles à nos convictions, nous n’allons pas pleurer la diminution du budget des Armées. Ce que nous voulons c’est que la politique de défense fasse l’objet d’un débat public. Le livre blanc de la défense 2017 devrait être l’occasion d’un tel débat sur les priorités de la France . AU lieu de cle , le président de la République en recevant Trump a confirmé la continuité d el apolitique atlantiste de la France et son rôle de sous traitant en Afrique. Des partenariats de défense ont été conclus avec huit États : le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Cameroun, la Centrafrique et le Gabon en Afrique de l’Ouest, Djibouti et les Comores sur la face est du continent africain. Partenariats auxquels il faut ajouter seize accords techniques de coopération dits de sécurité avec des États africains. Ce rôle de Gendarem de l’Afrique va de pair avec son engagment plus fort au Moyen Orient. Car il faut pallier au recentrage de l’Amérique autour du Pacifique

 

Ces jours-ci l’Etat Major fait croire que ce débat n’est que de sa seule compétence : Silence dans les rangs et laissez-nous gérer en paix la défense de la France ! La Grande Muette ne l’est plus quand ses intérêts vitaux sont en jeu.

La Vème république est de ce point de vue fidèle à elle même : Née d’un coup d’Etat en 1958, elle reste sensible à la pression du lobby militaire. Pas nous, ni les citoyens qui doivent se serrer la ceinture et subir en même temps une militarisation de la vie quotidienne, ni les peuples concernés par les interventions militaires à répétition.

Nous ne nions pas en soi la nécessité d’une défense mais celle ci doit se placer dans le cadre de l’ONU et non de l’OTAN, bras armé de l’Occident. Elle doit se fonder sur des orientations qui soient à la mesure des changements qui vont être ceux du XXème siècle, pas du XXème : lutte contre le changement climatique, préservation de la biodiversité face aux pilleurs de ressources naturelles, surveillance des océans, protection des minorités … L’Armée française a souvent été en retard d’une guerre, que ce soit en 1870, 1914, en 1940 face à l’Allemagne ou durant les guerres de décolonisation au Vietnam ou en Algérie. Elle s’acharne à défendre des lignes Maginot obsolètes.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s