Comme leurs prédécesseures, les nouvelles jacqueries numériques sont récupérées par la réaction par Claude Vilain

Comme leurs prédécesseures, les nouvelles jacqueries numériques sont récupérées par la réaction,  plus de la moitié des ouvriers et employés  voteraient extrême droite aux Européennes
De la grande Jaquerie de 1358, à celle de 1542 contre la gabelle en passant par la guerre des paysans allemands de 1524, tous ces mouvements, comme la dernière et première  jacquerie numérique des GJ, ont un en commun, leur interclassisme.
A l’origine géographique souvent incertaine, toujours motivées par une injustice fiscale recouvrant un besoin de reconnaissance longtemps refoulé – qu’il s’agisse de se révolter contre une pression fiscale  pour servir la rançon d’un Roi, contre la corvée du ramassage d’escargots ou la tentative d’unification de l’impôt sur le sel, sans oublier la récente taxe carbone, les jacqueries associent les couches sociales non pas les plus défavorisées mais celles qui tout en n’en étant pas très éloignées,  se retrouvent confrontées à un déclassement inéluctable.
Assez  rapidement,  une fois les revendications sociales ou économiques exprimées,  parfois satisfaites, les exigences politiques prennent le dessus.
Jusqu’aux insurrections de  1848, souvent révolutionnaires, c’est à dire contre l’ordre du moment, dirigées par la fraction la plus politisée, elles se terminent toujours  par une reaction violente des porteurs des intérêts de classe ainsi remis en cause. D’autant que la division des meneurs, voire très souvent leur trahison pour quelques pacotilles, se trouve renforcée par les oppositions de classe qui traversent ces mouvements.
En ce sens si l’interclassisme comporte des aspects révolutionnaires,  les tensions internes auxquelles il ne peut politiquement échapper,  le ramène toujours vers la réaction.
S’agissant des GJ, première jacquerie numérique exprimant le désarroi de milieux dont la fonction de reproduction d’un capitalisme global n’a plus besoin d’etre socialement, distinguée, on ne doit pas s’étonner que dans notre pays, ce soient les droites extrêmes qui en profitent.
Sans perspective politique, autre que la justice fiscale et social, cet oxymore du capitalisme triomphant, sans pouvoir ni vouloir le nommer comme adversaire majeur , ne reste plus que le repli sur soi, autour du drapeau, dernier symbole unifiant des milliers de barrages.
Et derrière le drapeau, c’est toujours le national, le nationalisme, l’identitaire qui se profilent, en un mot les droites extrêmes. Et ce d’autant qu’une fraction  des dominants  n’hésitant pas à instrumentaliser les instincts les plus bas, ravive ces questions pour en faire l’objet de débats publics donc légitimes.
En conclusion, qi’il s’agisse des derniers sondages de Bva ou de l’Ifop, plus de la moitié des ouvriers et des employés interrogés voteraient Le Pen, D-Aignan ou Philippot aux prochaines européennes !
Que LRM ne s’en tire pas trop mal, rien de surprenant, son socle de classe est solide.
 Que les partis de gauche qui ont gouverné depuis 30 ans s’effondrent encore un peu plus,  c’est normal, tant ils ont trahi.
S’agissant de la FI à  force d’interclassisme, d’appel à un peuple mythique, d’ambiguïtés sur les politiques migratoires, le projet devient tellement trouble qu’il est de plus en plus difficile de le suivre., d’où son effondrement.
EELV naviguant dans les eaux de 2014 autour de 7%,  retrouve ses électeurs , parents et enfants des couches moyennes supérieures, des travailleurs intellectuels, les plus conscients des enjeux climatiques.  Pas suffisant pour se consoler de la perspective inéluctable d’un Parlement Europeen dominé par les extrêmes droites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s