Premières leçons des élections européennes par Patrick Farbiaz

 

  1. La fin de la domination du duopole européen PS PPE

Pour la première foi, les résultats des élections européennes en France et dans le reste de l’Europe concordent : hausse sans précédent de la participation, baisse du PSE et du PPE, montée en puissance des Verts et des libéraux centristes, forte poussée de l’extrême droite et des partis nationaux populistes, tassement de la gauche radicale.  Enfin, la gauche radicale s’effondre ( – 23% de députés pour la GUE). Ce n’est pas seulement le cas de la France Insoumise, mais aussi de Podemos, de Die Linke, du Sinn Fein. Inexistante à l’Est, elle devient résiduelle à l’Ouest.

La gouvernance du parlement Européen va être partagée sur la base de l’accord sur les traités européens avec deux groupes les centristes libéraux et les écologistes engagés de fait dans la construction d’une coalition.  Le Groupe des Verts connaît une progression certaine mais est dominé par une majorité d’écologistes qui, hormis en France, sont engagés dans des majorités à géométrie variable, ici avec la droite, là avec la gauche. Le Groupe des Verts au PE ne conteste pas les traités actuels utilisés pour instaurer l’austérité contre les peuples, permettant la domination des logiques financières. Contrairement aux aspirations des jeunes de la génération climat, le résultat du scrutin ne permet pas d’engager l’Europe vers la transformation écologique, et la sortie des énergies carbonées et nucléaires. Cette nouvelle majorité en construction, dont la plus grande partie est déjà soumise aux lobbies et au Capital n’a pas de la volonté politique, pour opérer une transition énergétique et développer des projets utiles aux systèmes de transports non-polluants, à la protection de l’environnement, à la sauvegarde de la biodiversité, à la lutte contre le réchauffement climatique, à la sortie du nucléaire.

  1. La crise de la représentation politique s’amplifie

Au niveau français, le dégagisme généré par la présidentielle de 2017 s’amplifie. La gauche et la droite traditionnelle sortent exsangues du scrutin de même que LFI, force qui s’était imposé comme structurant le populisme de gauche. Et si la dynamique écologique est réelle, elle est issue d’abord d’un transfert de voix entre la Macronie, LFI et Générations vers EELV. Car malgré une hausse de participation, la décomposition du système politique représentatif est la leçon principale à retenir de ces élections :  Les listes Macron et Le Pen totalisent autour de 20 % des Inscrits, la liste écolo 6 ,5 % et les listes du PS et de LFI 3 %. Les classes populaires se sont abstenues (notamment les banlieues) ou ont voté pour le RN, notamment dans les zones rurales ou dans les villes périphériques des métropoles. 

 La deuxième leçon c’est la victoire relative de LREM. Malgré le mouvement des Gilets Jaunes, le mécontentement généralisé des secteurs en lutte contre sa politique, Macron tient bon. Même si son opération – transformer l’élection en plébiscite pour sa politique, a échoué au seul profit du Rassemblement National, le Président de la République garde après 6 mois d’une crise sociale historique, un socle fort. Le bloc bourgeois s’est soudé et Macron a réussi à installer une alternative mortifère. Ce qui s’est joué dans le mouvement social ne s’est pas traduit dans les urnes et accentue la déconnexion entre le champ politique es les classes populaires.

  1. La centralité de l’écologie politique

Si tous les partis la mettent désormais en bonne place de leur programme, EELV, comme en 2009, apparaît comme la force principale de l’écologie. Nous ne pouvons que nous féliciter d’un résultat ( amplifié par les 4 % des voix attribué aux listes du Parti Animaliste et d’Urgence écologie ) qui montre que l’écologie politique s’affirme en France comme en Europe, affirmée comme le référentiel structurant du 21ème siècle à l’instar du socialisme au siècle précédent.  De plus ce vote répond à une demande d’espérance face à une situation bloquée par la mise en scène d’une alternative mortifère entre le fn et lrem. Mais ce résultat électoral a deux aspects : une apparence, celle d’une écologie mainstream rassemblée autour de la couleur verte et une réalité, une division réelle entre l’écologie libérale représentée par Canfin, Durant, De Rugy, Cohn-Bendit, l’écologie sociale démocrate de EELV qui en plus peut désormais avoir avec le Pacte Hulot Berger l’appui d’une base syndicale et associative importante. Ces deux écologies vont travailler directement en Europe à une coalition pour peser sur les politiques publiques en Europe. Plus l’impasse d’EELV et ses contradictions, comme après chaque élection européenne apparaitra, plus elle laissera un goût amer aux électrices et aux électeurs qui ont voté pour un autre modèle.

 La troisième écologie, l’écologie de transformation, n’aura pas de représentation directe même si certains députés du Groupe des Verts et de la GUE peuvent légitimement s’en revendiquer. Cette écologie en rupture avec le capitalisme vert, présente fortement dans les ZAD, les marches climats, les Gilets Jaunes, diverse dans sa composition (écologie sociale, éco socialisme, éco féminisme, justice environnementale, objection de croissance …) n’a pas jusqu’à présent de représentation politique. Une partie de ses militants sont organisés dans des formations qui ne se revendiquent pas du paradigme écologique (LFI, NPA, AL, Génération.S…). Cette dispersion de l‘écologie de transformation est nous semble -t- il le premier obstacle à la construction d’une force politique nouvelle, une plate-forme d’écologie populaire et sociale. Il ne s’agit pas là non plus de construire cette force en réalisant un cartel de l’écologie de transformation mais d’organiser l’écologie populaire par en bas, dans les communes, les lieux de travail et de formation les zad et les Luttes sociales écologistes.

  1. L’effondrement de LFI 

L’autre enseignement du scrutin du 26 mai est l’effondrement de LFI. Nous ne pouvons pas nous en tenir à la seule abstention ( réelle)  des classes populaires. Si l’électorat de JLM s’est réfugié dans l’abstention mais aussi dans le vote EELV. Ce n’est pas uniquement due à l’affaire de la perquisition, à l’aspect clivant des positions de JLM.  D’autres raisons s’y ajoutent : 

  • Une fausse interprétation du vote des présidentielles qui n’était pas un vote d’adhésion à la FI, à son programme ou à son leader mais un vote de rejet du quinquennat Hollande
  • L’incapacité de mettre en scène une coalition majoritaire pour le changement
  • L’absence de lieu de débat pluraliste permettant aux militants de contribuer à l’élaboration de l’orientation politique de la FI
  • L’incapacité de mettre en musique la centralité de l’écologie et son lien avec les classes populaires. 
  • La mise en crise du populisme de gauche par les Gilets Jaunes qui tout en étant un mouvement populaire refuse toute incarnation issue de l’extérieur. Pour paraphraser le Manifeste, l’émancipation des Gilets Jaunes sera l’œuvre des Gilets Jaunes eux mêmes. 

Ce constat n’est pas pour autant un reniement de notre soutien de 2017 à la candidature de JLM. Les Groupes d’Action de LFI comptent un grand nombre de militants écosocialistes. Le programme de LFI a eu l’immense mérite d’écologiser en profondeur la gauche. Mais maintenant il faut pouvoir réellement discuter des erreurs, des faiblesses et des limites de LFI. Ce serait une erreur grossière de faire porter à JLM, le seul poids de l’échec, de chercher un bouc-émissaire au lieu d’entamer une débat politique Son projet de fédération populaire, en particulier, peut être un élément de la recomposition, s’il permet de dépasser le seul cadre de LFI. 

  1. L’effacement de la gauche des Trente Glorieuses

Si le PS sauve la mise, il continue sa descente aux enfers, le PC et Génération.S n’auront pas de députés européens, LO fait un de ses pires scores malgré l’absence du NPA. Ce n’est pas la division qui a engendré la crise de la gauche mais son éloignement des classes populaires, son absence de compréhension des mutations du monde du travail ou de la crise écologique.  La division de la gauche n’est qu’une conséquence de sa vitrification. La gauche française croit qu’en recourant aux recettes de l’Union de la gauche repeinte en Vert et de la Gauche plurielle, l’appel magique à l’unité (ou pou  l’extrême gauche  à la grève générale) tient lieu de remède à son incapacité à comprendre, à analyser, à s’adapter au monde né de la mondialisation. C’est pourquoi il nous semble inutile de s’associer aux appels lancés, avant même le résultat des européennes, par des responsables politiques de différents partis, pour reconstituer l’union des gauches, pour la refonder, la remodeler, la rénover. Nous avons déjà donné dans ces opérations de rafistolage et de replâtrage qui ne débouchent sur rien. Cela, les électeurs n’en veulent plus. Ils l’ont vécu et c’est d’ailleurs ce qui a ouvert la voie à l’effondrement de ces partis et à l’élection de Macron et à sa politique désastreuse. Si un éventuel Rassemblement se concrétisait, nous y participerions en tant que composante à part entière, celle de l’écologie populaire et sociale. La seule unité́ qui pour nous a du sens, c’est l’unité́ pour la défense des communs, pour la défense de la planète et des humains, pour le droit de bien vivre dignement, pour la décroissance soutenable, pour le droit à décider ici et maintenant. C’est pourquoi, nous pensons que la reconstruction de la gauche passe non pas par des appels incantatoires et sans contenu à la refondation d’une Gauche qui n’existe plus mais par trois campagnes de terrain qui puissent apporter des victoires conséquentes : le référendum contre ADP, la lutte contre la répression et pour la démocratie, la bataille pour le climat en la liant aux villes en transition. Les militants de gauche et écologistes n’ont pas besoin de discours. Ils ont besoin de gagner ensemble, d’être fiers de ces victoires.

  1. Pour une stratégie municipaliste.

Les municipales vont être un élément essentiel de la recomposition politique car elles permettront aux Gilets jaunes verts, rouge, de s’organiser dans des Assemblées populaires locales permettant de constituer des listes municipalistes. Notre rôle est de favoriser de telles listes, d’en être à l’initiative là ou nous le pouvons, d’aider concrètement ces listes à exister (en terme de projets et de programmes, de mutualisation des bonnes expériences …). L’écologie populaire et sociale doit se mettre au service de cette dynamique municipaliste qui ne se réduit pas à présenter des listes dites citoyennes. Notre feuille de route est issue de l’Appel de l’Assemblée des Assemblées de St Nazaire : « Nous, Gilets jaunes réunis en Assemblée des assemblées appelons l’ensemble des Gilets jaunes ainsi que toutes nos concitoyennes et nos concitoyens à s’engager dans la réappropriation de notre pouvoir politique. Une étape importante de cette reconquête passe par le niveau local. Nous appelons à créer dans chaque commune de France où cela est possible une ou plusieurs assemblées citoyennes et populaires. Car ce pouvoir nous a enté confisqué comme nous le constatons dans de multiples domaines : écologie, public/privé (privatisation), démocratie, etc.. Ces assemblées sont l’expression de la volonté populaire. Chaque assemblée mène ses propres expériences en toute autonomie dans le respect de l’intérêt collectif (en lien avec des associations, Gilets jaunes seuls, groupes de citoyens, associations de quartiers, présentation de listes ou non, etc.). Nous appelons les assemblées citoyennes et populaires, ainsi créées, à se fédérer en réseau par l’échange de leurs expériences. Réapprenons à partager nos préoccupations pour définir ensemble ce que nous voulons ! Réapprenons à vivre ensemble où nous habitons !».  Nous avons besoin d’avoir un maximum d’élus issus de ces listes et labellisés sous la bannière de l’écologie social pour refonder l’écologie politique sur les bases politiques de l’écologie et sociale. Les élus communalistes seront un des piliers de l’écologie de transformation.

  1. Construire l’écologie populaire et sociale 

Ces résultats montrent aussi que les petits calculs boutiquiers ne peuvent plus être de mise. Personne ne peut prétendre représenter à lui seul l’écologie politique. Il y a urgence dans une perspective de rupture avec le capitalisme vert à regrouper les forces et à construire une représentation politique de d’écologie populaire et sociale, C’est pourquoi, pour notre part, nous nous sommes engagés dans la construction d’une Assemblée Constituante de l’Ecologie Populaire et Sociale, afin de fédérer dans un mouvement toutes celles et tous ceux qui revendiquent la couleur verte de leur drapeau sans le confondre avec le greenwashing du capitalisme vert. La politique ayant horreur du vide, nous devons faire émerger maintenant et rapidement cette autre écologie. En raison du résultat du 26 mai les échéances s’accélèrent pour notre courant d’idée. Notre appel à une Assemblée Constituante de l’écologie Populaire et Sociale doit maintenant passer à la vitesse supérieure en s’organisant à l’échelle nationale, en se rendant visible sur le plan politique, en aidant les listes municipalistes écologistes et sociales, en s’homogénéisant (Charte commune, projet affirmé, organisation assembléiste et fédéraliste). Nous appelons toutes celles et tous ceux, les signataires de notre appel, les groupes locaux d’activistes écologistes ou décroissant, les groupes locaux issus de la FI, du mouvement libertaire et ou de l’écologie, les Gilets Jaunes et ceux de la Génération Climat à s’organiser à travers cette Constituante en organisant des Assemblées locales, départementales,  régionales, en participant à une rencontre d’été et  en désignant leurs représentants à l’Assemblée Constituante qui aura lieu début octobre.

Patrick Farbiaz

(membre de la Coopérative de l’écologie sociale et du Comité d’Animation de l’Appel pour une Assemblée Constituante de l’écologie populaire et sociale)

Emmanuel Macron prétend sans pouvoir convaincre s’opposer au nationalisme

La lettre d’Emmanuel Macron aux « citoyens d’Europe » déploie une rhétorique qui cherche à représenter l’inverse de ce que les implicites qui soutiennent son discours signifient. Cet article vise à expliciter les contradictions, le révisionnisme et la colonialité d’un discours qui prétend sans pouvoir convaincre s’opposer au nationalisme.

Cet article que j’ai volontairement concentré sur la question du nationalisme dans la lettre d’Emmanuel Macron est un extrait d’une analyse plus complète dont je publierai le deuxième volet autour de celle de l’écologie dans les jours qui viennent. 

La dénonciation par Emmanuel Macron du « mensonge et de l’irresponsabilité » des opposants à l’Union européenne dont il condamne le « repli nationaliste » et que seul désigne le pronom interrogatif « qui », en introduction de questions rhétoriques, est une manière de frapper l’ensemble de ses oppositions politiques d’une indignité nationaliste et d’esquiver le débat sur le fond. 

Pour autant, il y loin entre ceux qui pensent que les traités européens ont organisé cette Europe du capital qui précipite des millions d’Européens dans la pauvreté, creuse les inégalités dans nos pays et entre eux, condamne des dizaines de milliers de migrant-es à la mort, à l’enfermement, à la torture, à l’esclavage et les nationalismes que le président Macron prétend attaquer. Cette manipulation, qui évince du champ du débat politique les critiques formulées depuis des points de vue internationaliste, cosmopolite, écologiste et social, vise à mettre en scène un affrontement binaire mais factice où il incarnerait le bien « progressiste » contre le mal nationaliste des « exploiteurs de colère ». 

Une colère à propos de laquelle le président Macron évite de dire d’où elle vient et en quoi ils l’exploitent ? Deux questions auxquelles, on le comprend bien, il ne peut pas répondre. Puisqu’il lui faudrait admettre la responsabilité de tous les exécutifs avec lesquels, d’une manière ou d’une autre, il a collaboré avant de s’arrêter sur sa propre présidence. Face à la première, il lui faudrait admettre l’échec des politiques libérales à régler au moins deux des maux auxquels elles ont prétendu être la solution : le chômage et la pauvreté. Face à la deuxième, il lui faudrait reconnaître que les principaux mensonges sur lesquels prospère le nationalisme, celui de la menace migratoire ou de l’intégration impossible de populations issues de l’immigration qui sont toujours soupçonnées de fomenter le chaos, ont été sciemment propagés par les gens de son camp qui, des LR au parti socialiste, ont chevauché et légitimé le discours de l’extrême-droite sur la menace migratoire ou post migratoire pour divertir les opinions publiques de leur responsabilité dans la mise en oeuvre des politiques qui les ont appauvri et les exposent à la violence des transformations écologiques.

D’ailleurs, le nationalisme fonctionne dès son avènement comme un instrument de diversion des populations devant l’absence de régulation du capitalisme industriel et ses ravages parmi la classe ouvrière. Dès l’origine encore, il est assorti du colonialisme avec lequel ils forment un couple idéologique dont le président Macron évite soigneusement de rappeler qu’il fut une des instruments du triomphe de la bourgeoisie qui, du 19ème siècle à la première moitié du 20ème, lui garantit la conquête définitive du pouvoir et la mobilisation de populations auxquelles elle déniait l’égalité politique et sociale promise par la Révolution qu’il s’agissait d’intégrer à l’appareil productif industriel et d’envoyer à la guerre, coloniale d’abord, mondiale ensuite.

Ces escamotages soutiennent un « progressisme » qui sent la naphtaline quand il nous ressert le mythe d’une « civilisation européenne » arrimée à une « identité ». Il n’y a pas d’identité européenne mais une histoire, parfois commune, parfois non, qui a vu se constituer et se défaire des ensembles politiques qui ont entretenu entre eux, avec les populations qui les ont constitués et le reste du monde des relations très différentes. Cette vision fixiste des sociétés humaines, véritable révisionnisme anthropologique, est encore un trait qu’il partage avec le nationalisme. Tout comme il est faux d’affirmer que le modèle européen repose sur la « liberté de l’homme », un homme unique dont le président prétend ici qu’il dissimule l’inégalité d’individus appartenant à des groupes institués par l’ordre inégalitaire de nos sociétés et dont l’exercice de la liberté varie sensiblement. Une proposition flanquée d’une langue sexiste. 

Dans la même veine, ce président funambule propose de « remettre à plat l’espace Schengen » non pas pour en finir avec l’Europe forteresse mais pour renforcer « la nécessité de frontières qui protègent » dont il prétend, en outre, qu’elles sont une condition à la création d’un « sentiment d’appartenance » à la « communauté » européenne ? Ce qui signifie, en creux, que les populations européennes seraient menacées par les migrations et que le sentiment que nous pouvons avoir d’être lié au destin d’une communauté humaine ne peut s’épanouir qu’en opposition à d’autres êtres humains. Terrible proposition de repli. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Une autre concession de taille au « repli nationaliste », il le dit lui même, qu’il prétend fustiger. Ses affirmations contredisent toutes les analyses du programme des Nations Unies pour le développement humain (PNUD) qui montrent au contraire que les migrations dans le monde contemporain sont fécondes pour les sociétés. Et puis, que signifient « ces obligations strictes de contrôle » sans que soit jamais évoquée notre obligation stricte d’application du droit d’Asile ? Que signifie cette « solidarité européenne » de la part du président d’un État membre qui refoule systématiquement les migrant-es en provenance d’Italie y compris en bafouant le droit des mineurs auquel il est normalement soumis ? Quel sens donner à cette promesse de solidarité quand celui qui la formule fut conseiller puis ministre d’un gouvernement qui entre 2013 et 2014 a ignoré les appels à davantage de solidarité européenne de la part du gouvernement italien qui fut laissé seul dans sa tentative (la dernière) de répondre de manière humaine au drame des migrant-es qui se noient en mer Méditerranée ? 

Qu’importe les réponses puisque se sentant particulièrement inspiré par cet « humanisme européen qui est une exigence d’action » et dans un élan qu’on pourra juger contradictoire avec son souci de la frontière, Emmanuel Macron, pour qui « l’Europe a toujours su définir les normes du progrès », nous invite à nous tourner vers l’Afrique. Qu’importe là encore que l’humanisme soit justement né d’une critique virulente de cet ethnocentrisme occidental qu’il reprend à son compte et sur lequel de riches marchands allaient fonder leur droit à piller, leur droit à tuer. 

D’ailleurs, les puissances impérialistes européennes se sont-elles détournés un seul jour ces quatre cents dernières années de l’Afrique ? Saint-Louis du Sénégal, fondé en 1638, fut le premier comptoir français permanent en Afrique. Et le moins qu’on puisse remarquer est que l’Afrique a jusque là payé un lourd tribu à ce « destin commun ». Il serait également utile au président Macron de se demander quel progrès a préfiguré l’aventure coloniale en Europe même ? Aimé Césaire parlait du « progrès lent mais sûr de l’ensauvagement du continent », celui qui nourrit la « barbarie suprême ».

Sait-il que la simple évocation de l’aide au développement de la part d’un des premiers représentants d’une ancienne puissance coloniale dont le joug a brisé les sociétés africaines pré-coloniales des territoires qu’elle a conquis ou des principaux acteurs du capitalisme mondial dont le système de prédation ruine les populations africaines demanderait à être assorti d’une série de précautions pour ne pas être lue comme le signe d’un projet funeste. L’aide publique au développement envisage le plus souvent les intérêts des bénéficiaires, en fonction d’une définition rarement laissée à leur appréciation. De fait, elle a imposé des politiques dites d’ajustement structurel qui ont accéléré l’intégration des économies africaines au marché mondial en encourageant leur orientation vers le marché primaire des matières premières. Et ce, au profit des multinationales qui y développaient les infrastructures nécessaires à leur exploitation et des oligarchies au pouvoir justement pour leur inclinaison à accepter les termes d’un contrat extrêmement défavorables aux sociétés civiles. Quant aux pays de la zone Franc, ancien pré-carré colonial français en Afrique, le maintien du franc CFA par ces mêmes oligarchies asservies à leur tour aux intérêts de celles de la zone euro, encourage le processus d’accumulation des richesses en dehors de ces pays et donc de l’Afrique.

Que diable ! Tout heureux de son élan altruiste, le président veut que l’Europe soutienne des partenariats universitaires avec des universités africaines au moment même où son gouvernement décide de l’augmentation prohibitive pour les étudiant-es étrangers, en particulier africains, de leurs frais d’inscription dans les universités françaises.

La contradiction n’effraie pas Emmanuel Macron qui réclame dans la même phrase que l’Europe porte une attention particulière à l’éducation des jeunes filles africaines. À ce stade de son exposé l’odeur rance du colonialisme a envahi la pièce. Celui dont Albert Memmi disait qu’il s’employait à transformer le colonisé afin qu’il réponde aux exigences économiques et affectives du colonisateur. Et, j’ajoute, en particulier, à transformer la colonisée. Le président français commence par rapetisser l’Afrique en niant, à travers une représentation monolithique de la situation des femmes, tout à la fois l’immensité géographique du continent et la variété époustouflante des sociétés humaines qui s’y déploient. Ensuite, il réitère la proposition que la situation des femmes en Afrique aurait quelque chose à envier à celles de leurs soeurs européennes et, par conséquent, que ces dernières ne seraient pas, elles aussi, soumises à la domination masculine et glorifie, du même coup et encore une fois, le mythe de la supériorité des sociétés européennes. Un autre trait commun avec les nationalismes. Les femmes africaines subissent, comme partout ailleurs, la domination masculine qui trouve en Afrique, comme partout ailleurs, son origine dans la division sexuelle du travail, un fait social universel. Comme partout ailleurs, leur émancipation est proportionnelle au contrôle qu’elles exercent ou pas sur la production et la distribution des biens qu’elles produisent. Comme partout ailleurs, la lutte contre la domination masculine passe par une politique volontariste de réduction des inégalités qui cible singulièrement les inégalités femmes-hommes. 

Cette lettre n’est pas une coquille vide mais la lettre d’un très vieil homme incapable de tirer les enseignements des impasses où nous ont conduit le capitalisme libéral intrinsèquement impérialiste. Une idéologie dangereuse qui soumet le monde à un régime de prédation insoutenable et brutalise nos sociétés. Une idéologie qu’Emmanuel Macron cherche ici à régénérer à travers les artifices mortifères d’une sorte de nationalisme élargi aux frontières de l’Europe.

Cet article a d’abord été publié ici

Crise dans la zone Euro : crise politique ou budgétaire, quand l’Italie annonce un déficit de 2.4 % du Pib ?

Quand un facho italien écrase de sa chaussure le texte d’un Commissaire européen, venant de rejeter « le budget du peuple » d’un Etat souverain, au prétexte qu’il « n’aime pas cette expression, car quand le peuple est très endetté c’est lui qui finit par payer », pratiquement pas un seul média national ne s’interroge sur la nature de la crise qui va secouer l’UE jusqu’aux prochaines européennes.

Crise politique ou budgétaire ?

Quelle est la réalité de la situation budgétaire  italienne ?

Depuis 2007, le déficit public a toujours été inférieur à  celui de notre pays et en dessous des 3% depuis 2012. Si la dette s’est envolée pour approcher les 130 %  du PIB ( 100 chez nous ) c’est principalement lié à un taux de croissance ralenti par les effets d’une cure d’austérité sans précédent et qui a plongé 35% des jeunes italiens dans le chômage et 30 % de la population dans la misère.

Et quand en 2014, constatant les effets de cette politique aberrante imposée par les critères du Pacte de stabilité,  M Renzi le qualifiait de « Pacte de la stupidité », aucun media ne s’avisa de le traiter de populiste. D’autant que pendant une courte période sa politique de relance produisit des effets heureux sur la croissance et l’emploi … comme s’évertue d’ailleurs à le préciser à Bruxelles, l’actuel gouvernement.

Autrement dit, depuis plus de 10 ans nos voisins ont toujours été plus sérieux que nos experts parisiens ou bruxellois, chaque fois qu’ils ont fait fi de leurs avertissements, leur situation s’est redressée, et alors qu’ils annoncent un déficit de 2.4 contre 2.8 pour notre pays, tous nos médias leur tombent dessus.

Si les médias condamnent cette politique budgétaire,  ne serait ce pas pour faire oublier que de longues années d’austérité sont à l’origine du social souverainisme transalpin ?

Croyez vous qu’un des peuples fondateurs de l’ Union, un des plus européens, soit devenu un des plus eurosceptiques pour une simple question d’immigration ? Allons donc.

10 longues années d’austérité budgétaire, une absence totale de solidarité européenne  lors de la dernière crise migratoire, l’une et l’autre, soutenue et  provoquée par la dégénérescence d’une social démocratie qui directement ou indirectement encouragea nationalement et internationalement la dégradation de la lutte des classes sous sa forme la plus haineuse du rejet de son semblable, ont produit ce chaos.

Et vous et moi, progressiste et ecologiste,  nous devrions avoir comme seule priorité,  celle de condamner la démagogie de ce régime fascisant, les deux tiers du salariat italien qui le soutient, tandis que nous épargnerions « les institutions européennes » ?

Le rejet du budget italien annonce une crise politique sans précédent.

Qu’une instance supranationale rejette le budget d’un Etat membre et  sa politique économique,  ou  pour reprendre une fois encore le vocabulaire du démagogue social démocrate P Moscovici constate que « l’édredon italien des dépenses publiques ne peut pas rentrer dans la valise européenne » (aucun media naturellement ne condamnera les propos de l’imbécile),  c’est l’aveu de la fin des souverainetés nationales.

Si la Commision gère vos finances publiques, si la BCE gère votre politique monétaire,  alors autant en finir avec votre peuple. C’est ce qui se produit dans cette Europe de la misère et de la désespérance politique.

En se lançant dans un bras de fer contre G Conte, la Commission et notre gouvernement en particulier, ont pris un risque considérerable. Non seulement, l’Italie ne cédera pas, c’est le propre des fachos de surenchérir, mais ce sont les peuples européens, une fois encore humiliés, qui en Mai prochain se précipiteront en rang serré derrière ceux qui leur proposent d’abattre ces institutions oppressives.

La fin de l’Euro ne sera ni économique, ni budgétaire, mais tout simplement le résultat d’une révolte. La faute à qui … aux libéraux naturellement mais aussi et surtout à ces socialistes qui n’ont pas voulu construire une Europe solidaire et écologiste.

Il est maintenant trop tard. Vous n’imaginez pas cette Commission, à l’agonie, ce PE dont les membres ne pensent qu’à leur réélection, ces Etats membres empêtrés par le Brexit et un ralentissement de la croissance mondiale, envisager de revoir les Traités imbéciles pour restituer aux assemblées nationales leurs pouvoirs budgétaires et économiques.

Ou mieux encore, parvenir à une fiscalité européenne s’en prenant sérieusement aux paradis fiscaux, aux mécanismes d’optimisation concurrentielle, pour bâtir un budget social et écologiste qui profiterait enfin à ces 100 millions d’européens.nes misérables.

C’est trop tard … d’autant que vous ne pourrez pas vous empêcher de jeter de l’huile sur le feu, comme tous ceux et celles qui dénoncent un JLMelenchon, certes bien maladroit, qui tentant de défendre les Salvini, renforce les lepenistes.

C’est pas Salvini qu’il faut défendre, c’est le peuple italien, placé sous le joug  des dominants qui lui imposent  les Traités de la honte.