La CooPES est au côté des lycéen-nes qui manifestent contre l’abandon du service public d’éducation en général, la réforme du bac et parcours-sup en particulier

image3

Bénédicte Monville, membre de la CooPES, conseillère régionale d’Île de France et commissaire à l’éducation a écrit aux ministres de l’Education Nationale, de l’Intérieur et au préfet de police de Paris pour dénoncer la répression du mouvement lycéen demander qu’ils y mettent un terme et qu’ils entendent ses revendications.