Qu’est-ce que la CooPES ?

La Coopérative Politique Ecologie sociale (CooPES) est une coopérative politique transpartidaire d’intervention agissant dans le mouvement social et sur le champ politique. Elle souhaite contribuer à regrouper l’ensemble de celles et ceux qui défendent une écologie populaire de transformation (écologie sociale, écosocialisme, écoféminissme, écologie des pauvres, justice environnementale et sociale, objection de croissance).

Ecologie sociale se définit comme anticapitaliste. Elle considère que l’ère du Capitalocène institué par le développement du système capitaliste depuis la première mondialisation est à l’origine de la crise de civilisation qui menace de destruction la Nature et l’Humanité. La société capitaliste basée sur la propriété privée, les valeurs de compétitivité et d’individualisme, le productivisme, l’obsolescence programmée et le profit a créé les conditions de cette destruction. Par conséquent tout replâtrage fondé sur le développement du capitalisme vert, du greenwashing, de l’écologie libérale ou  d’accompagnement réduite à l’environnementalisme est voué à l’échec.

Ce n’est qu’en s’attaquant à l’exploitation, à toutes les dominations et à l’aliénation, qu’une société écologique pourra se développer à l’échelle de la planète, basée sur la gestion des biens communs, la propriété collective des ressources naturelles ainsi que sur une économie relocalisée organisée par la planification écologique assurant à chacun de ses membres un accès égal aux droits fondamentaux. Cette société se construira à travers l’auto-organisation populaire, la libre organisation des communes, l’autogouvernement, l’autogestion, la Confédération Démocratique des peuples. Ce projet de société est celui d’une écologie de libération qui englobe les trois écologies définies par Félix Guattari, l’écologie sociale, mentale, environnementale. L’écologie de libération est une écologie qui prône l’autonomie, le cosmopolitisme et le commun comme réponse aux trois crises démocratiques, identitaires et sociales.

L’écologie de libération est issue :

  • de l’écologie des pauvres, qui se bat pour sa survie en Amérique latine, en Afrique, en Asie, paysanne et indigène, celle de Chico Mendés et de Vandana Shiva, des Sans terre Brésiliens, des guerres de l’eau et de la lutte contre l’extractivisme, des luttes contre les grands barrages et le brevetage du vivant en Inde  et contre les pollutions et les catastrophes industrielles en Chine.
  • de l’écologie sociale et libertaire théorisée par Murray Bookchin.  L’écologie sociale défend le communalisme c’est à dire la vision décentralisatrice, du municipalisme libertaire et du Confédéralisme démocratique, développée au Rojava ou au Chiapas, la lutte contre toutes les formes de domination et d’exploitation capitaliste.  
  • du mouvement de la justice environnementale et de l’éco-féminisme qui prônent une écologie intersectionnelle, unissant l’écologie anticapitaliste à la lutte contre toutes les discriminations de caractère systémique, qu’elles soient raciale, sexuelle ou de genre. L’écologie intersectionnelle s’étend à la libération animale et à la défense du Vivant.

L’écologie de libération est d’abord portée par les classes populaires, premières concernées par la lutte contre les inégalités environnementales et sociales qui doivent être combattues simultanément.

Durant la dernière séquence électorale, Ecologie Sociale a soutenu la candidature de Jean Luc Mélenchon puis rejoint l’espace politique de la France Insoumise tout en restant autonome des forces politiques de la gauche et de l’écologie politique. Sur le plan local, Ecologie sociale soutient la constitution de GAMES (Groupes d’Action municipalistes écologistes et Sociaux) permettant de constituer des listes sur la base du municipalisme libertaire.

La Coopérative Politique Ecologie Sociale considère que la lutte contre le changement climatique, principale menace de l’humanité d’une destruction programmée ne peut se réaliser que sur la base d’une souveraineté populaire écologique, partagée à l’échelle de la planète. La constitution d’une internationale écologiste et sociale, agissant localement et pensant globalement et inversement en est la première étape.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s